Délires oniriques  d'un misogyne.

Délires oniriques d'un misogyne.
MERLIN

Résumé

Je suis mort !
Banal, car si nous comptions ceux qui sont morts depuis l’origine de l’homme, les possibilités qu’ils se révèlent plus nombreux que les vivants, demeurent importants, n’est-ce pas ? Enfin, oublions ! Je vous propose que nous les comptabilisions !
Vous vous souvenez du film « « American Beauty », lorsqu’au début du récit, Lester Burnham survole son quartier. Voilà, je lui ressemble, mais je survole la planète, parfois, je reprends mon souffle, si j’ose m’exprimer ainsi, et je pose un pied, sur les plus hautes les montagnes, le Mont-Blanc, l’Himalaya, avec une préférence pour le mont Kilimandjaro.
De mon vivant, j’ai prétendu réaliser ce que mes proches étaient incapables d’accomplir, maintenant, j’aperçois la vie avec plus de recul.
Je vous laisse juges, tiens !
Je m’appelle Ricardo Dipatalo, pardon, je m’appelais Ricardo Dipatalo, un nom qui amusait mes camarades à l’école. Dix pâtes à l’eau ! Trop facile !
Je suis né en Argentine d’où, à l’âge de cinq ans, j’ai immigré vers la France. Mes parents espéraient une vie meilleure. Ils ont sacrifié le bonheur et la liberté de la pampa pour les houillères françaises, mon père comme mineur et ma mère comme femme de ménage à la direction centrale des Charbonnages. Je me garde de critiquer leurs choix, car, ils existent de nombreux parents qui, pour l’illusion du mieux, ont sacrifié leur bien-être naturel.
Depuis que j’habite le royaume des morts, jouer le donneur de leçons de moral me semble facile, mais les évidences s’imposent. Par exemple, vous pouvez croiser ceux qui leurs vies entières désireront paraître ce qu’ils négligent de devenir.
Vous avez arrêté de me lire ?

Auteur

Le pervers narcissique et ses complices dans l’entreprise - Editions du Net.

Version Papier

13,00 € Ajouter au panier

Délires oniriques  d'un misogyne.

jusqu'à
40%  en droits
d’auteur