Business model d’un État en voie de développement

Business model d’un État en voie de développement
Ousmane Djiguemdé

Résumé

Le Burkina Faso a connu en 2014 un changement politique important. Ce changement a fait naître l’espoir d’une nouvelle gouvernance du pays. Ceci explique l’engouement que les citoyens ont manifesté dans la participation aux élections couplées présidentielle-législatives de novembre 2015. Le nouveau pouvoir a eu donc une période de grâce pour proposer une nouvelle politique crédible, réaliste et pertinente, afin de résoudre les préoccupations des citoyens burkinabè.
Il se trouve que le projet de société du Président Roch Kaboré, à l’analyse, souffre d’une insuffisance de programmation qui s’est déteinte sur la Déclaration de Politique Générale (DPG) du premier ministre Paul Kaba Thiéba. Ainsi, en lieu et place d’une nouvelle politique pertinente, on a assisté à une déclaration qui, au fil du temps, se révèle être faite de vœux pieux, que les citoyens découvrent.
D’autre part, la relance économique qui était censée venir avec la mise en œuvre de cette nouvelle politique, ne s’annonce toujours pas. En plus, les nouvelles autorités doivent faire face à des insuffisances de prise en charge du projet de société du Président élu par les agents publics. Cela est dû à la fois aux reliques de sa forte politisation de l’Administration publique et à la défiance entre les nouvelles autorités et cette dernière. En définitive, la fin de l’état de grâce, les difficultés de mise en place du Plan national de développement économique et social (PNDES), la faible pertinence de ses choix et de ses solutions économiques accréditent la thèse de l’impuissance du nouveau régime face à la crise.
Or, il ne saurait y avoir de gestion efficace des affaires publiques, encore moins de relance économique, tant que les autorités politiques n’ont pas la maîtrise de l’Administration publique, à travers ses agents et de l’action administrative. Ce qui suppose que la clé d’une relance économique se trouve dans une réforme de qualité de l’Administration publique. Cette étude établit les axes d’une telle réforme et les implications réelles sur la croissance économique du pays et les conditions de son succès. Ce qui est mis en évidence, c’est le processus pour parvenir à une modélisation des matrices de gouvernance, en générale, et de la gouvernance économique, en particulier, comme facteur fort de développement du Burkina Faso.

Version Papier

15,00 € Ajouter au panier

Business model d’un État en voie de développement

jusqu'à
40%  en droits
d’auteur