R.D Congo : des compromissions au compromis - Résolution 2098

R.D Congo : des compromissions au compromis - Résolution 2098
Jean-Paul Kyungu-Masangu

Résumé

On a poursuivi des génocidaires Rwandais, Serbes, Allemands mais voilà qu’on obligera au Congo Démocratique, de négocier sans cesse, avec des brigands et criminels patentés dont la dernière génération sera mise en déroute en 2013 par les forces armées congolaises avec le soutien déterminant de la brigade spéciale des Nations Unies. Brigade qui n’était que la conséquence d’un jeu d’intérêts en défaveur de Kigali et Kampala, deux compères qui pour une fois, feront les frais de la continuité de cette politique de compromission du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Pris de court par la subite et efficace intervention de la Tanzanie et de l’Afrique du Sud, favorisée par le comportement exceptionnel du Président François Hollande dont le pays sera à la base de la résolution 2098, dite résolution « compromis », alors que face à l’Angola et au Zimbabwe entre autres, Paul Kagame et Museveni avaient tenu tête, ceux-ci se rendront à l’évidence, de l’ascendant militaire des sud Africains et Tanzaniens, au point d’assister, dans une débâcle généralisée, au retour de leurs bras séculiers de la R.D Congo. Une remise en cause du leadership Rwandais sous la pression des Etats-Unis, de la France et de la Grande–Bretagne qui doutaient de plus en plus d’un régime vieillissant et déclinant ayant accumulé d’énormes bourdes politiques. Ce tournant intervient après plus ou moins 15 ans de terreur dans l’Est du Congo où des femmes auront subi des viols chroniques avant qu’un compromis ne soit trouvé entre puissants de ce monde dit libre, convaincus de la volonté des Congolais, décidés à garder leur pays dans ses frontières Léopoldiennes. Mais il ne suffit pas de se réjouir de ce vent d’espérance, une nécessité s’impose, celle de comprendre, comment et pourquoi, ce pays aux potentialités minières et à la biodiversité exceptionnelle frisant même l’insolence, en soit arrivé là ? Trois facteurs importants l’expliquent : la compromission interne, liée aux crises politiques et celles des politiques congolais, englués dans une marre de tribalisme, celle sous-régionale avec l’avènement du régime Rwandais né sur les cendres d’un génocide et enfin international, incarnée par les 5 membres permanents du Conseil de Sécurité. L’analyse des trois facteurs semble une exigence à cet instant où la RD Congo tend vers la consolidation de sa démocratie par l’organisation des élections en 2016, un regain d’espoir qui a tendance à se refroidir suite à la volonté des certains activistes politiques, de vouloir instaurer la culture du privilège de fonction, une véritable dictature participative qui si elle advenait, renverrait le pays dans le néant. Eviter un nouveau désastre historique et sociétal, passe par la compréhension des raisons qui ont conduit le pays à la perte de sa souveraineté intégrale. En s’éloignant de l’émotion qui n’est que l’expression d’un sentimentalisme éphémère, on en vient à faire une lecture des faits qui permet alors de mieux appréhender les raisons de ce désordre sous-régionale.

Auteur

Jean-Paul Kyungu Masangu est licencié en droit de l'université de Lubumbashi,père de famille, il a œuvré comme fonctionnaire au Ministère des affaires étrangères, puis superviseur au bureau compilation au centre local de compilation des résultats lors des élections de 2006, avant d’être pris comme assistant parlementaire lors de la première législature.

Version Papier

18,00 € Ajouter au panier

Version numérique PDF 12,60 € Ajouter au panier

R.D Congo : des compromissions au compromis - Résolution 2098

jusqu'à
40%  en droits
d’auteur