Même si mes yeux pleuraient, mes larmes ne couleraient pas

Même si mes yeux pleuraient, mes larmes ne couleraient pas
Avocksouma Djona Atchénémou

Résumé

Marzam est un pays où tout ramène à la mort qu’on aime plus que la vie. Sur toutes les ondes des radios nationales, qu’elles soient publiques ou privées, tout le monde a les oreilles collées aux postes pour entendre les avis des décès, si ce n’est des communiqués pour remercier tous ceux qui ont contribué aux malheurs des familles éprouvées. Quant aux morts, à travers certains qui se disent connaisseurs, ils ont leur propre histoire à raconter. C’est qu’à Marzam, ils sont nombreux à se considérer comme des spécialistes de la mort. Jacques Fakarmaffi, dit le chien qui fume, et Abdoulaye Logamou, le politicien, ne sont pas en reste. Entre les morts qui sont définitivement morts et ceux qui ne veulent pas mourir, alors qu’ils le sont, il y a tant à dire. Quant à moi, Ngadatna, je trouve que les morts régissent trop notre précaire vie, et qu’il faudrait légiférer sur ce phénomène afin de mieux contrôler ses coûts socio-économiques dans le pays. De toute façon, la vie comme la mort sont des dons. Et si quelqu’un, par caprice, décide de s’ôter la vie, par exemple en se suicidant, il devrait d’abord être fouetté avant d’être enterré. C’est probablement à cause de toutes ces considérations que j’ai cessé de pleurer les défunts, car mes larmes ont, par leur propre volonté, refusé de s’épandre. Au grand dam des miens qui me honnissent pour ce comportement.

Auteur

Avocksouma Djona Atchénémou a publié : « Enterrons l’enfant de la veuve avec sa mère. Orphelin en pays tchadien », chez l’Harmattan en 2013 ; « Golblogongui et son château de Sabangali », chez Édilivre en 2015 ; « Le Ministre ouvrier », chez Mélibée en 2017 ; « Moi, Ngadatna, l’enfant opposant. Le livre du fils et du père », chez Atramenta en 2018 et « Si le passé t’oublie, oublie le passé », chez les Éditions du Net en 2018.

Version Papier

15,00 € Ajouter au panier

Version numérique EPUB 5,99 € Ajouter au panier

Même si mes yeux pleuraient, mes larmes ne couleraient pas

jusqu'à
40%  en droits
d’auteur