Au bout de la nuit

Au bout de la nuit
Jacques Girard

Résumé

Ce roman d’aventure conte l’histoire d’un jeune parisien qui suit des cours de géologie. Sa camarade d’enfance est amoureuse de lui et ils se fiancent. Après avoir réussi son examen, son nouveau métier oblige Michel à quitter la France. Il promet d’épouser Martine dès son retour du Canada. Là-bas, à Toronto, il fait la connaissance d’une belle canadienne, géologue également, qui tombe amoureuse de Michel. Par taquinerie elle refuse de l’épouser. Et là, le drame démarre. Entre tous les voyages faits à travers le Canada pour découvrir des sites de géologie, et les analyses en laboratoires, le retour en France de Michel qui découvre que sa camarade d’enfance s’est mariée, tout s’enchaîne de manière négative. Comment Michel va se sortir du tunnel dans lequel il est entré ? Il s’est mis à boire en revenant au Canada. Que va-t-il devenir ?

Auteur

Jacques Girard est né en 1947 et il est issu d’une famille d’entrepreneur de charpente et menuiserie du sud de l’Eure-et-Loir. Le compagnonnage lui a permis de parcourir la France ; il a toujours été charpentier. Puis, par héritage de sa mère, il a découvert l’écriture, en parallèle de son métier. À l’âge de 16 ans, il a rédigé ses premières pensées. Depuis l’adolescence il n’a plus cessé d’écrire, des pensées philosophiques, des poèmes en tous genres. En 1965 au cours de son apprentissage au CET il écrit son premier roman qui ne sera publié que cinquante ans plus tard. Il en débute un autre qui ne fera que trente pages de cahier. Ce n’est qu’en 2018 qu’il reprend ce roman d’aventure. À l’âge de 21 ans, pendant son temps d’armée il commence un autre roman qui ne sera publié qu’en 2017, c’est l’histoire de Christine, cette orpheline tourangelle. Il écrit le témoignage d’une marche de nuit dans le Massif Central parcouru en 95 et 96. Après avoir fait publier « Christine », il va raconter l’histoire des enfants de cette orpheline dans un autre roman.

Version Papier

17,00 € Ajouter au panier

Au bout de la nuit

jusqu'à
40%  en droits
d’auteur