SIDA - Les infections à VIH1-O, P, N ou à HTLV-3

SIDA - Les infections à VIH1-O, P, N ou à HTLV-3
Guy Biyo’o

Résumé

Les PCB (polychlorobiphényles) sont des composés organo-chlorés, proches parents des dioxines, du DDT et des hormones, qui, adjoints au virus aphteux modifient son ARN, et favorisent sa mutation en VIH1-O, P ou N, encore denommés HTLV-3.
Interdits dans les pays industrialisés, entre 1980 et 1987, les PCB sont encore aujourd’hui largement utilisés dans les transformateurs, les huiles industrielles… dans les pays sous-développés, d’où la forte prévalence du sida et notamment des infections à VIH1-O, P, N en Afrique et aux caraïbes.
Les PCB et les VIH1-O, P, N obstruent les artères digestives, pulmonaires…, et induisent la formation des taux élevés des porphyrines, des substances cytotoxiques, qui détruisent les lymphocytes T4 et induisent les porphyries associées aux infections opportunistes, notamment parasitaires et bactériennes.

Auteur

Guy Biyo’o est né le 15 mars 1970 à Nanga-Eboko. Il est agent de maîtrise dans un organisme électoral, Elections Cameroon (ELECAM), affecté à l’antenne de la ville de Lembe-Yezoum au Cameroun.

Version Papier

15,00 € Ajouter au panier

SIDA - Les infections à VIH1-O, P, N ou à HTLV-3

jusqu'à
40%  en droits
d’auteur