Essai sur le corps phénoménal

Essai sur le corps phénoménal
Stève Gwompo Djopkap

Résumé

Mon corps n’est pas un corps-objet, il est un corps-sujet, qui ne se laisse jamais saisir autrement, puisque j’existe avec lui. Il est donc erroné de le considérer comme un objet. Comment fonctionne-t-il ? Quel est son rapport avec le monde ? Ces deux questions peuvent être résumées en une seule : Quelles sont les propriétés modales de mon corps qui le rendent exempt de toute objectivation ? Il me faut redécouvrir le corps avant toute conception scientifique, avant tout savoir et ce n’est que la phénoménologie qui puisse m’y conduire. Le premier stade auquel on aboutit en retournant aux choses mêmes, c’est l’unité du corps.
L’existence du corps s’impose à nous comme une « préhistoire » de la connaissance rationnelle. Il est donc toujours là et précède tout raisonne-ment. Il n’est pas une construction idéaliste de l’intellect dans le monde. Le corps n’existe que comme support et médiateur d’une vie qui, à travers lui, embrasse le monde tout entier. Il réalise l’universel « berceau des significations » auquel se réfère, directement ou indirectement, chacune de nos affirmations : le corps est une totalité.

Version Papier

15,00 € Ajouter au panier

Essai sur le corps phénoménal

jusqu'à
40%  en droits
d’auteur