La métaphysique hénologique

La métaphysique hénologique
Paul-Emmanuel Stradda

Résumé

La métaphysique hénologique est une métaphysique de l’unité. C’est l’unité comme principe de l’intelligible et de l’être comme trace de l’unité. Tout l’être est contenu dans l’unité, laquelle est vraiment le fond de l’être.
L’unité est toujours vérité et donc, connaissance. En effet, l’unité fait connaître. L’unité de l’être unit le monde ontologique au monde intelligible, comme elle unit le monde intelligible au monde intellectuel. L’unité engendre l’unité. Elle est fondamentalement dans la ligne de l’être et de l’intelligibilité.
L’unité est toujours universalité et donc, totalité. L’unité est toujours relation et donc, pluralité. Vérité, universalité et relation tendent à l’unité qui s’appelle également la totalité. Sans l’unité, rien ne se comprend, rien ne s’explique, rien ne se fait. Sans l’unité, il n’y a qu’obscurité, confusion et tumulte !
Sans l’unité, il n’y a pas de connaissance et sans la connaissance, c’est l’ignorance !
De l’unité au multiple jusqu’à l’infini. Il y a de l’infini dans l’harmonie, il y a un rapport de l’infini à l’unité, il y a le mélange de l’infini et de l’unité ; c’est l’harmonie à l’infini qui n’est pas autre chose que l’unité de l’être qui fait la beauté de ce monde intelligible. Tout cela signifie qu’il n’y a pas seulement des déterminations dans le réel mais de l’intelligibilité. Et cette intelligibilité oriente vers la splendeur de l’être et vers la connaissance.
Dès lors, l’être et l’unité, l’être unité, cela se module ; l’être de l’unité, l’être à l’unité, ces évaluations, facilement habillées en autant de systèmes sont le jeu d’une ontologie métaphysique à l’état pur. À partir de là, toute une philosophie de l’unité peut être déployée.
Un souffle spirituel anime également cette philosophie de l’unité car elle ouvre un horizon de l’être aussi vaste que l’esprit lui-même.

Version Papier

31,00 € Ajouter au panier

La métaphysique hénologique

jusqu'à
40%  en droits
d’auteur