Le livre d'Enoch - Les Cinq Codex du Prophète Ethiopien

Le livre d'Enoch - Les Cinq Codex du Prophète Ethiopien
Thierry Rousseau de Saint-Aignan

Résumé

La Création que la Bible nous propose n’est pas le seul écrit des origines dont nous disposions. Cependant cet écrit comme celui du Livre d’Enoch, a l’avantage de nous soumettre au travers de ses versets, les différentes réponses aux questions qui frappèrent les hommes à l’aube de l’humanité. Le Soleil était la première question, qui se répandait comme une traînée de poudre jusqu’au symbole que l’homme était en mesure de vénérer puisqu’il pouvait le créer lui-même : le Feu. Une puissance qui jaillissait parfois du sol et que personne ne pouvait alors contrôler, maîtriser ou apaiser, sans en payer le prix d’un sacrifice. Ensuite, la mère nourricière qu’était la Terre, l’enveloppait de la puissance de procréation. Tout comme la femme donnait la vie, la Terre donnait naissance à la nature comestible qui était consommée. La vie des hommes se déroulait comme un fleuve, une rivière qui passe entre les doigts de celui qui y trempe la main. L’Eau était de même incontrôlable, asséchant la mère nourricière ou se déversant en elle, pour la pénétrer et la prendre, lui confiant son limon, véritable semence de procréation. Le Ciel, lui aussi attirait les regards. Le cycle des étoiles, des planètes, du Soleil qui naissait et mourrait, de la Lune si présente, rongée au fil des jours, disparaissant et reparaissant sans discontinuité. Tout cela représentait des signes sur lesquels l’homme devait se pencher et réfléchir. L’homme, inutile en lui-même, devait suivre un cycle identique, lui qui avait été créé dans un monde qui pouvait se développer et s’épanouir sans lui. C’est sans nul doute cette inutilité humaine qui poussa les premiers esprits à imaginer que l’homme avait été créé pour autre chose, que de participer au cycle naturel des Eléments qu’il observait. Le cycle de la nature était le même que celui de sa vie : Tout comme le Soleil, il naissait un jour et un jour il mourait. Tout comme la phase lunaire, le cycle féminin s’inclinait à une redondance de durée de 28 jours. Les saisons humaines étaient l’allégorie de celles de la nature. Si l’homme suivait le rythme de la Création de l’Univers, c’est que le Grand Architecte qui avait procédé à l’invention avait créé l’homme lui aussi, pour faire partie intégrante de ce Monde. Et puisque l’homme pensait, il devait être le fils de Dieu.

Version Papier

28,00 € Ajouter au panier

Le livre d'Enoch - Les Cinq Codex du Prophète Ethiopien

jusqu'à
40%  en droits
d’auteur