Nicaragua libre - Journal témoignage

Nicaragua libre - Journal témoignage
Jean-Claude Hubert

Résumé

Jean-Claude Hubert, ancien professeur d’Histoire-Géographie à la retraite, ancien militant à la CFDT, fut toujours sensible aux événements qui survenaient en Amérique latine, d’autant plus que sa femme, Christiane, avait créé le Comité Chili Lensois, suite au coup d’état du général Pinochet. Ayant beaucoup espéré dans cette révolution démocratique que mena Salvador Allende, ils furent évidemment effondrés quand ce 11 septembre 1973, ils apprirent son assassinat et par la suite, l’immonde répression orchestrée par ce régime dictatorial. La solidarité ne pouvait être que leur seule réponse, pour aider celles et ceux qui en furent les victimes. Evidemment, quelques années plus tard, la révolution des « muchachos », en 1979, lui apporta une nouvelle lueur d’espoir, celui qu’un peuple puisse se libérer d’une dictature et s’engager dans un processus révolutionnaire original dont il disait dans un article de la Voix du Nord, paru en septembre 1983, après son voyage : « L’expérience qui commençait alors m’a intéressé dans ce sens où l’ensemble de la population s’est mobilisée pour renverser un dictateur et depuis, conservateurs et libéraux jusqu’à l’extrême gauche sont derrière le F.S.L.N. (Front sandiniste de libération nationale). De plus, dès le départ, il était clair qu’il existait une volonté de mise en place d’un régime pluraliste et il devrait y avoir des élections en 1985. Par ailleurs, le principe d’économie mixte, mi-étatique, mi-nationalisé, m’intéressait également. Le secteur d’Etat regroupant les biens de Somoza et sa « famille », les grandes propriétés, les transports, les banques et la grande industrie. Enfin, une initiative importante a été prise au Nicaragua : le non-alignement. » C’est pour toutes ces raisons qu’il s’engagea dans le Comité de solidarité avec le Nicaragua et qu’avec cinq autres nordistes, il participa, durant l’été 83, à une brigade de solidarité dont le but était de soutenir financièrement et de participer avec « leurs bras et leur sueur », à la construction d’une école à San Marcos, petite ville proche de Jinotepe, à 40kms au Sud de Managua. C’est ce plongeon dans la réalité quotidienne de la révolution sandiniste qu’il a retranscrite au jour le jour et qu’il livre à l’état brut, quelques années plus tard. En effet, comme il le dit dans sa préface, pendant 30 ans, ces deux carnets de notes du journal qu’il a écrit lors de son passionnant séjour de solidarité avec le peuple nicaraguayen sommeillaient dans son bureau, sans jamais avoir été oubliés dans sa mémoire. Et il fallut un “aiguillon“ pour qu’il les “réveille“ et tienne sa promesse de témoignage.

Auteur

Jean-Claude HUBERT Âgé de 69 ans, il fut professeur d'Histoire-Géographie dans un collège proche de Lens et un militant actif à la CFDT et dans des associations de solidarité. À la retraite depuis quelques années, il continue à s'impliquer activement dans la vie de sa cité, Lens, et dans des actions intergénérationnelles auprès d'élèves en difficultés dans les collèges et les lycées de sa ville, dans le cadre de l'association le “Comité des Sages de Lens

Version Papier

33,00 € Ajouter au panier

Version numérique PDF 22,40 € Ajouter au panier

Nicaragua libre - Journal témoignage

jusqu'à
40%  en droits
d’auteur