Gérard Granel et l'équivoque de la fondation du politique moderne entre Rousseau et Hume

Gérard Granel et l'équivoque de la fondation du politique moderne entre Rousseau et Hume
Chiheb Laalaï

Abstract

Nous avons procédé à cette lecture à partir d’une indication que Gérard Granel (dont nous avons été l’élève) prononça devant nous dans une Leçon sur Kant, indication relative au « malheur de l’écriture kantienne et rousseauiste ».
En réalisant ce travail, sous l’égide de cette « indication » capitale aussi bien que sur la base de ses travaux, il nous a paru que la démarche qu’il a lui-même suivie dans le déchiffrage des textes de la Tradition), ne peut que déboucher sur une façon inédite (d’ailleurs, elle déborde le cadre de la pensée de Heidegger) d’aborder les grands textes et de les éclairer d’une vive lumière qui, de fait, les a toujours accompagnés, mais qui a été éteinte suite au triomphe de la « méthode objective » : La lecture pensante d’une pensée, écrit-il, trouve que tout y essentiellement « lisible », sans qu’elle soit tenue pour autant à « tout lire » au sens où y est tenue l’explication objective, dont l’idéal d’exhaustivité implique la complétude de l’érudition. Il ne faut donc pas s’étonner si les œuvres du passé offrent à la pensée contemporaine une possibilité foisonnante, et à proprement inépuisable, de fidèle et libre exégèse (fidèle et libre à la fois, et du même mouvement.
Vérification sera ainsi faite, dans cet Essai, de ce que Gérard Granel écrit à propos de la lecture qu’il entreprend de la Critique de la Raison pure dans son livre sur L’équivoque ontologique de la pensée kantienne, lecture que nous faisons refluer sur Hume et Rousseau, et ce à partir de ce que notre mémoire a conservé de ses Leçons sur ces deux auteurs.

Printed book

24,00 € Add to cart

Gérard Granel et l'équivoque de la fondation du politique moderne entre Rousseau et Hume

up to
40%  Royalties