Cendres

Auteur : Benoit Deville Catégorie : Romans
Aucun vote pour le moment
Donnez votre avis
Résumé du livre

Fabien, le nouveau chauffeur parle à son ami du Net. Il veut découvrir son passé. Marguerite la cuisinière veille au sein de la famille. Arnaud, le journaliste, veut découvrir ce qui se trame. Qui tue ? Qui manipule ? Qui a intérêt à ce que le Passé reste enfoui ? Dans les méandres familiaux, quelqu’un se terre et tire les ficelles. Qui tombera dans ses pièges ?

Nouveau roman noir de l’auteur qui, au fil des pages, ne vous laissera pas indifférent à son écriture singulière.

A propos de l'auteur

Benoit Deville (né en 1964) est un écrivain français. Son œuvre est principalement axée autour de la littérature de romans noirs. Nourri de culture rock et de références cinématographiques, l’auteur évoque dans ses nombreux livres publiés les thèmes habituels du genre littéraire qu’il pratique, comme la drogue, l’homosexualité, l’euthanasie, les tueurs en série, etc. Quant au style, il est celui d’un des rares auteurs français qui osent s’aventurer sur les chemins empruntés par des auteurs anglo-saxons où se mêlent, écriture dite « classique » et prose poétique. Deville a, notamment, créé un néologisme, « proman », pour s’autoriser un type d’écriture qui lui permet de mettre en évidence par ses mots des sentiments forts sans se soucier d’une forme narrative, comme il le fait dans « Voix ; « Litanie », « Spectral », « Big Bang Renouveau ». Ses autres ouvrages sont essentiellement des romans, dans lesquels il se soucie de surprendre son lectorat sans jamais s’enfermer dans des facilités d’écriture. Depuis sa première publication, « Larmes de sang » en 1993, il n’a de cesse de chercher et d’explorer de nouvelles voies afin de faire connaître à un plus large public possible son travail, en s’appuyant toujours sur le Net pour promouvoir ses écrits.

Description technique
Editeur : Les Éditions du Net Date de parution : 14/06/2022 EAN13 : 9782312121253 Format : 150 x 230 Poids : 280 g Nombre de pages : 190
Lire un extrait

Avis des clients

Aucun vote pour le moment

Evaluer ce produit

Partagez votre opinion avec les autres lecteurs

Donner mon avis
DUPRE
4
Average: 4 (1 vote)

Un coup de cœur ; une belle rencontre. Avec l’écrivain d’abord et son œuvre ensuite.

Les écrits de Benoit Deville me sortent de ma zone de confort.

Pour Cendres, il a fallu que j’apprivoise à nouveau son écriture atypique, bien que je trouve le style plus abordable que celui de ses promans (Litanie, Spectral, Big Bang Renouveau…). J’ai dû le lire deux fois pour espérer avoir peut-être tout compris.
Je ne suis pas sortie indemne de cette lecture : c’est un roman qui va me hanter longtemps encore.

Le récit s’inscrit dans l’Histoire, réminiscence d’une époque peu glorieuse vécue par les êtres humains. Il retrace les plus noirs aspects que peut revêtir l’Homme. Ceci sans pathos ; comme un constat.

Il n’empêche que j’ai souffert avec, ou peut-être plus que les personnages, car j’étais spectatrice et, à ce titre, mieux à même d’avoir un point de vue plus large qu’eux.

Le roman obéît à un rythme que j’ai déjà trouvé dans des romans de ce genre : cela début lentement, il y a du suspense, mais je me demande où l’auteur veut nous emmener.
Je piaffe, j’ai de la difficulté à accrocher.
Puis, voilà, le moment où le rythme s’accélère jusqu’à devenir effréné et à partir de là, il ne m’est plus possible de lâcher le récit jusqu’à la fin. Je veux savoir, je suis à fond dedans. Je ressens, je vibre à la souffrance humaine que l’auteur décrit.
Je referme le livre, hébétée, abasourdie, comme si je sortais d’une expérience que j’avais vraiment vécue.

L’écrivain s’affranchit des règles apprises à l’école et son écriture respire la liberté. J’adore !
Il alterne entre des tournures de phrases très littéraires, avec emploi de mots désuets, remis au goût du jour pour mon plus grand plaisir ; et un « parlé » courant. Cela apporte du vivant à l’ouvrage. C’est stimulant.

En lisant Cendres, la magie (l'âme agit) a opéré et j'ai eu l'espace d'un instant cette sensation d'être dans la peau de Jeanine, puis dans celle de Fabien…
Lorsqu'un écrivain parvient à me faire ressentir cela, je dis qu'il a du talent.

Malgré mon appréhension à aborder ce livre, je ne regrette pas : il aurait été dommage que je passe à côté.

Bravo l’Artiste !

Marie-aimee Dupré

JOLY-CHARBON
0
Aucun vote pour le moment

Nous avons beaucoup aimé votre roman noir. Nous avons aimé la construction de votre roman avec la montée en intensité du drame jusqu'au dénouement final. Nous avons aimé le passage en italique (fin du chapitre 4) qui apparaît comme une parenthèse dans le texte offrant au lecteur une respiration et sans doute aussi, une première occasion de trouble.Nous retrouvons votre style, avec la forme passive, les mots forts mis en exergue et la construction des phrases. Votre forme d'écriture a trouvé pleinement sa voie et vos lecteurs. Nous sommes impatients de progresser dans l'histoire pour comprendre la quête de Fabien. Le chapitre 5, et le long monologue, est assez troublant et intriguant et le lecteur se trouve à ce moment pris dans l'engrenage de la réflexion du personnage principal. Nous avons aimé cette peinture de la famille nucléaire parfaite, Jean, Jeanine, Lise et Lucien ; la peinture des relations avec cette cuisinière et la nature des échanges maître/domestique qui semble s'être arrêté au XIXème. S'il n'y avait des incartades du présent, avec les informaticiens et autres signes de la modernité, votre livre pourrait se dérouler dans une toute autre époque et c'est précisément ce qui le rend troublant car il semble intemporel. Le chapitre 30 est superbe, à la fois de style, de construction et d'intrigue. Et enfin « Derniers mots » en guise de conclusion du récit nous offre les quelques clés manquantes pour comprendre la démarche des personnages (et de l'auteur). En résumé un grand bravo pour cette ouvre qui confirme votre talent et, surtout, votre style. Très cordialement.
Anne-Bénédicte Joly Charbon