L'effet mère est infini - Messages de l’au-delà…

Auteur : Sandrine Fillassier Catégorie : Témoignages
Aucun vote pour le moment
Donnez votre avis
Résumé du livre

Sandrine Fillassier est auteure de multiples œuvres. Tantôt « Femme de méninges », « Pilote de lignes » et « Délinquante textuelle », elle surfe aisément sur la vague de ses nombreuses citations…

Mère de deux fils, elle cherche désespérément des signes de son enfant disparu depuis le 15 avril 2015. Julien était bipolaire et s’est volontairement donné la mort. Depuis ce drame inacceptable, elle tente de se reconstruire pour enfin envisager un avenir afin de pouvoir vivre avec son absence. Sept longues années insoutenables d’un deuil douloureux et sans nom sont retranscrites de façon chronophage dans ce livre mémoire. Elle y décrit symétriquement son essence de femme tourmentée et « désenfantée » à la suite de ce suicide qui reste encore un sujet tabou dans notre société.

Avec philosophie, vous emboîterez le pas de son évolution comportementale au regard du départ précipité de son fils pour le grand voyage. Par ce récit tragique et parfois brutal, elle explore le syndrome cyclothymique et la mort sous plusieurs angles ainsi que la souffrance engendrée. Elle n’est aucunement médium, cependant le miracle de la vie dans l’au-delà lui a été révélé au travers de messages dictés. Pour l’auteure, il suffit d’avoir en soi beaucoup d’Amour pour être connecté aux âmes terrestres incarnées, mais il en va de même pour nos chers disparus invisibles à l’œil nu qui demeurent de l’autre côté de « l’existence ciel ». Par ce livre psychologique, Sandrine désire éclairer les esprits à l’aide de cette lumière qui brûle en elle grâce à la part divine de son fils qui continue à scintiller ici-bas. Elle renoue ainsi elliptiquement avec l’acte d’écrire même si poursuivre son chemin de croix sans Julien la déchire immuablement.

Description technique
Editeur : Les Éditions du Net Date de parution : 01/12/2022 EAN13 : 9782312129785 Format : 150 x 230 Poids : 375 g Nombre de pages : 230
Lire un extrait

Avis des clients

Aucun vote pour le moment

Evaluer ce produit

Partagez votre opinion avec les autres lecteurs

Donner mon avis
Coeur de Plume
5
Average: 5 (1 vote)

Une pépite à découvrir pour chaque mère qui pert un trésor. La mort, voilà une notion terrible à accepter... et pourtant la mort fait partie de la vie, elle n'est que la fin, et l'accepter permet de ne pas perdre de temps et de vivre pleinement sa vie, non ? Il ne sert à rien de se demander s'il y a une vie après la mort, c'est le secret le mieux gardé, puisque personne n'est revenu pour en parler...

Dominique Alias Suna Descors
5
Average: 5 (1 vote)

Coup de cœur ! Mardi 6 décembre 2022

Je suis passée la semaine dernière une première fois sur votre titre « L’effet mère est infini » sur le site « Les Éditions du Net », et je me suis dit qu'il fallait que je vous lise. Et puis, le temps trop court ... je suis revenue pour avoir le temps de lire le résumé dans la même journée avant de le commander, et j'ai évidemment bien fait. Je l’ai lu d’une seule traite.
Vos mots poignants de douleurs... et puis une remise en question... et puis l'acceptation. Un jour, vous serez réunis à nouveau. Le paradis sera plus clément que notre monde pour vous aimer à nouveau, je serais tentée de dire : continuez à vous aimer tous les deux.
Vos mots aujourd'hui, lui donne une nouvelle vie littéraire... mais il vit dans ces mots, dans la moindre de ces lignes... Il vit dans ces 230 pages, il vit en vous.
Dans l'Au-Delà, il va aimer vos mots d'amour... et ils seront comme des câlins pour son âme. Je vous admire. Merci Madame 🙏Vous redonnez espoir à ceux qui n’en avaient plus. Mes Respects 😊

Mireille Thomasik
5
Average: 5 (1 vote)

Gros coup de cœur !

Un vibrant hommage d'une maman à son fils disparu.
Un livre empreint d'émotions, où tout l'immense amour et toute la tendresse sont exprimés sur chacune des pages de ce roman témoignage.
Un hymne à l amour qui m'a invariablement tiré bien des larmes.
Un livre à découvrir sur le champ "des possibles", il ne vous laissera pas indifférent et qui vous fera comprendre la douleur de l'absence qui lie une maman à son enfant au delà de sa disparition.
Sandrine Fillassier auteure de talent nous livre ici un superbe ouvrage dédié aux familles qui souffrent de la disparition d'un enfant.
Je ne peux pas m empêcher de penser à mon frère aussi qui a vécu pareil drame.
Respects.

Jeanne 10 décembre 2022
5
Average: 5 (1 vote)

Gros coup de cœur ❤️

Nul besoin de vous dire Sandrine que vous m'avez remuée. Il n'y a pas de mots assez forts pour décrire les souffrances d'une mère qui a perdu son enfant, à qui la vie a arraché le fruit de sa chair.
Le temps est assassin et tout à la fois notre allié. Et à tenter de concilier, réconcilier le temps de la présence et le temps de l'absence et je dis et redis la portance et l'importance d'instants de bonheur éphémère qui nous dit combien la vie ne tient à rien, à laquelle on tient tant.

Perdre un être cher et maudire la terre entière, verser toutes les larmes et la tristesse que l'on a au fond de soi. Aimer, vivre et vibrer, la vie est faite pour ça et les larmes de joie ou de chagrin que l'on verse sont faites pour ça aussi, pour évacuer le trop plein. Sur le flot des peines, s'interdire de rire, s'interdire les joies, c'est être condamné(e) ou se condamner soi-même à double peine. Des instants, des souvenirs qui serrent le cœur, un jour ou plutôt un soir ma mère m'a dit : cela ne sert à rien de pleurer… elle venait de perdre le roi de son cœur et moi je perdais mon père.

Écrire Sandrine,
Écrire pour quoi, pour qui, pour quoi dire…
Écrire pour soi, écrire pour dire, pour décrire
Aller et venir, ici ou là, ailleurs, quelque part
Faire venir le souvenir, écrire pour faire part et parvenir nulle part.
Partir pour mieux revenir, passé, présent et à venir, écrire au temps que l’on désire
Écrire juste pour le plaisir, plaisir de dire, plaisir d’offrir, écrire autant qu’on le désire.

Écrire pour crier, s'écrier, exister
Écrire pour laisser passer le grain
Pour se confier au grain de papier.
Pour dire ses bleus, ses gris chagrins
Ses gris souris, ses jours de pluie, écrire
Pour aller bien mieux et puis pour le dire.

Écrire des lignes de sa main, écrire pour se faire du bien
Écrire pour ne pas être seule sous un saule pleureur, écrire
Pour parler du passé, parler de l'être perdu, aujourd'hui si présent encore.
Écrire pour prendre à bras le corps la réalité, reprendre la main de son destin
Et moi comme par hasard, au moment même où j'écrivais cette ligne, perdu la main
De ma souris, les touches de mon clavier, ne pas avoir enregistrer le tout et tout réécrire.

Écrire le pire, garder le meilleur, écrire le meilleur et garder le pire.
Écrire quand on a mal, quand on est mal ou bien, écrire même mal, même bien !
Écrire pour supporter ses hier et aujourd'hui, écrire pour projeter ses lendemains !
Et croire enfin qu'il a quelqu'un pas loin qui nous fait comme un signe de la main.
Écrire et puis écrire encore, écrire pour conjurer le sort, écrire pour oublier la mort 😞
Écrire jusqu’au dernier soupir, écrire pour ne jamais mourir… pour ne jamais écrire
Le mot fin au bas du parchemin.

Les choses doivent se faire ou pas, se défaire ou pas. Avancer pour mieux retarder, reculer pour mieux sauter, sur les lignes du temps, il n'y a pas de fatalité à proprement parler, encore moins de culpabilité, sur les aiguilles du temps, chacun, chacune a droit au bonheur.

Des détresses, des heures noires de votre fils aîné, je ne connais pas l'histoire mais sur les parois du temps, au cœur du laboratoire des pensées, écoutez ce message qu'il vient de vous livrer, vous délivrer d'un poids, tel un pois de senteur :

" Ma petite maman à moi,, là ou je suis, je suis bien, prends bien soin de toi, loin de toute culpabilité et mélancolie, vis ta vie de femme, il y a du bonheur pour deux. Je sais que tu es, tu sais que je suis présent à tes côtés, je sais que tu m'as aimé et que tu m'aimes encore, je sais que tu m'as donné le meilleur mais de me rejoindre, ce n'est pas encore l'heure. "

Vous pouvez être fière tout comme il doit l'être et moi Sandrine je vous envoie une pensée du fond de mon cœur.